Juste un mot pour lancer le site

La première envie, alors que nous sommes pour beaucoup reclus chez nous, est de vous offrir en écoute et en lecture un conte musical : « Le violon virtuose qui avait peur du vide » qui rassemble beaucoup de ce qui me questionne et m’anime dans la vie : la quête de soi, explorer l’inconnu, le vagabondage et la rêverie. Ce conte musical écrit en 2013 pour un ami violoniste, Sergey Malov et mis en musique par Thomas Nguyen a été enregistré en public le 18 octobre 2014 à Reims… Dévorez-le, partagez-le et laissez un message en retour sur le site… Bonne écoute.

Quitte à initier ces pages en pleine période de confinement, alors pourquoi ne pas en profiter pour fouiller un peu plus loin encore dans mes archives et partager avec les flâneurs et les flâneuses de la toile quelques autres de mes aventures qui se prendront volontairement dans leurs filets ? Bien sûr, je parlerai aussi des projets en cours ou en devenir mais pour le moment, on rembobine…

Pourquoi Nerypoppins ? Ce surnom m’a été attribué par un ami qui me connaît bien. Je trouve qu‘il reflète ma curiosité permanente et mon envie de rendre magique ou de détourner ce qui m’entoure.

Ce site est un début mais petit à petit les choses y prendront une place. Vous pouvez ouvrir tous les tiroirs, rester le temps que vous voulez et même poser des questions si ça vous chante…

Néry

Retour sur archives : une maquette que j’ai toujours aimée

« Transhumance des âmes »

Transhumance des âmes (c’est une maquette et il faut monter le volume pour bien entendre)

J’avais demandé à Olivier Daviaud, le compositeur, de se baser, pour écrire la musique, sur le balancement et le son lancinant du train. Je voulais qu’à l’écoute de la chanson on retrouve ce sentiment de temps suspendu quand on est enfoncé dans son siège pour quelques heures et que la seule chose que l’on ait à faire soit de laisser divaguer nos pensées.

Quand j’ai écrit ce texte, c’était pour beaucoup de gens la fin des vacances d’été.

J’avais ce sentiment qu’en ces temps de retours tout le monde était dans une instable fragilité, quittant une routine de farniente et de détente pour retrouver une autre routine plus contraignante de travail et de stress.

Certains tentaient de prolonger les vacances qui, en jouant de la guitare, qui, passant torse nu et en tongues dans les couloir du wagon. Et puis, tous ces sacs, ces valises et trop de choses.

Cette maquette est restée à l’état de maquette et n’a jamais fait l’objet d’un enregistrement pour un album mais elle revient régulièrement à ma mémoire et me fait toujours le même effet de douce nostalgie sensuelle.

Transhumance des âmes

Transhumance des âmes
Aux chaleurs de l’été
Un moment sans violence
Nous grise d’éternité

Un moment de faiblesse
Au moment de muter
Transforme en une tendresse
Cette instabilité

Au son d’une guitare
Aux accents andalous
Qu’un paisible routard
Remonte on ne sait où

Bercer nos insouciances
Qui bientôt faibliront
Dans les brumes où fileront
D’autres correspondances

Et déjà des gens montent
Les bagages plein de tout
Au loin tournent les pales
D’éoliennes paisibles

Distillant leur puissance
Aux besoins invisibles
Trop de choses remontent
Enterrer leur mois d’août

Et le point rond des seins
De jeunes hommes en voyage
Brunis d’un joli teint
De soleils et de nages

S’exhibent dans ce train
Flattant les illusions
Et serviront de point
À mes exclamations

Transhumance des âmes
Aux chaleurs de l’été
Un moment sans violence
Nous grise d’éternité

Un moment de faiblesse
Au moment de muter
Transforme en une tendresse
Cette instabilité

Cadeau pour les confiné(e)s

Laissez-vous porter par ce conte musical haletant…

11 épisodes à écouter, à lire, à regarder, à partager gratuitement sur le site…

À la fin de chaque chapitre jouez avec les mots en défiant le quiz pernicieux

Texte / illustrations / narration : Néry Catineau – Musique : Thomas Nguyen – Violon Sergey Malov – le Quatuor Akilone et le Chœur sur la main

Ce n’est pas un conte pour enfant mais c’est aussi un conte pour les enfants…!